Convoi agricole : quelle réglementation ?

Apparentés à des véhicules imposants avec des dimensions qui dépassent la norme des voitures traditionnelles, les convois agricoles sont régis par des réglementations spécifiques qu’il faut bien respecter. Ces réglementations font allusion aux textes réglementaires de l’arrêté du 4 mai 2006 précisant à la fois la définition d’un convoi agricole et des règles de circulation appliquées à ce type d’engin. Mais qu’en est-il réellement ?

 

Des réglementations applicables aux groupes A et B

Tout d’abord, l’arrêté de 2006 fait le point sur les catégories de convoi agricole, divisées en deux groupes : A et B. Ces véhicules agricoles et forestiers dépassent les dimensions limites d’une voiture dans le Code de la route. Toutefois, ils ne peuvent suivre les réglementations du « Transport exceptionnel » étant donné qu’ils ne dépassent pas 25 m de long et 4,5 m de large.

Les convois agricoles sont des véhicules isolés, prenant souvent la forme d’une moissonneuse, d’une ensileuse, d’un tracteur ou encore d’une remorque. A priori, les engins classés dans le groupe A ne dépassent pas 22 m de long et 3,5 m de large. Les convois du groupe B quant à eux mesurent entre 22 m et 25 m de long avec une largeur entre 3,5 et 4,5 m.

Les engins rattachés à un outil porté avant ou porté à l’arrière de plus d’un mètre de long entrent également dans la classification des groupes A et B. Il en est de même pour les convois associés à des dispositifs anti-tassement de sol, dotés de pneus larges.

 

Réglementations de la circulation des convois agricoles

Tout convoi agricole du groupe A peut rouler entre 25 et 40 km/h sur la voie publique. Quant aux convois du groupe B, leur vitesse maximale est plafonnée à 25 km/h pour éviter tout risque d’accidents de la circulation. Par ailleurs, ces derniers doivent être suivis par un véhicule pilote roulant avec des feux de croisement allumés. Il peut s’agir d’une voiture particulière, d’une camionnette sans remorque ou d’un véhicule utilitaire équipé de gyrophares ou encore d’un panneau avec la mention « Convoi agricole » bien visible.

Issus du groupe A ou B, les convois agricoles peuvent circuler sans autorisation au préalable sur les routes de leur département d’activité ainsi que des départements limitrophes. Par contre, il faudra utiliser un porte-engin au cas où vous envisageriez de conduire votre convoi agricole dans des départements non limitrophes. Néanmoins, vous pouvez vous passer de cet équipement en présentant un justificatif d’activités qui passe obligatoirement par ces départements.

On notera également que les convois appartenant au groupe B ne peuvent circuler sur les routes en fin de semaine, de 12 h le samedi à 6 h du matin le lundi. Cette interdiction s’applique également lors de la veille des jours de fête et des jours fériés.

 

Convoi agricole : réglementations de la signalisation renforcée

Tout convoi agricole qui dépasse 2,55 m de large doit présenter 4 panneaux de couleur rouge et blanche au niveau de ses extrémités latérales. Les réglementations en vigueur en France soutiennent également l’utilisation de feux d’encombrement et d’objets fluorescents à coller sur différents endroits bien visibles du convoi. Le même principe de signalisation s’adresse aux dépassements en longueur, peu importe s’il s’agit d’un convoi du groupe A ou B.

Dans tous les cas, il vaut mieux renforcer la signalisation de son convoi agricole avec des panneaux signalétiques catadioptres. Quant au gyrophare, il doit être bien visible, peu importe l’angle de vue, le niveau d’ombre, la présence d’aléas climatiques ou non. Aussi, en même temps que les feux de détresse s’allument, il faudra toujours mettre en place un triangle de présignalisation au cas où le convoi resterait immobile assez longtemps sur la voie publique.

Vigne de Montmartre – Le Clos-Montmartre
Arrêt des néonicotinoïdes : guide pratique